Tampons, serviettes, éponges… Comment faire si je n’aime pas la cup ?

Je vous ai déjà parlé de la révolution qui s’était mise en marche au rayon « protections hygiéniques ». La coupe menstruelle, ou cup, s’impose comme l’alternative naturelle n° 1 aux tampons et serviettes hygiéniques conventionnels. À l’origine de ce cataclysme, une prise de conscience générale quant à la composition des tampons et des serviettes hygiéniques et à leurs dangers pour notre santé. Dans l’article « La cup : la révolution pour les menstruations », je vous vantais les mérites de la célèbre petite coupelle, mais je vous promettais aussi de ne pas faire l’impasse sur les autres méthodes naturelles. Chose promise, chose due…

Pour celles qui n’aiment pas la cup

La cup par-ci, la cup par-là… la coupe menstruelle a su convaincre une grande partie de la gent féminine avec des arguments forts – économie, écologie et surtout santé – si bien que bon nombre d’entre nous ne peut désormais plus s’en passer (et j’en fais partie !). Oui mais voilà, la cup, ça ne convient pas à tout le monde. Primo, son application en rebute plus d’une. Secundo, il faut la faire bouillir lorsque nous la sortons du tiroir, un geste absolument nécessaire au premier jour des règles (pour les applications suivantes, il suffit de la rincer à l’eau). Certes, ce n’est pas beaucoup demander, mais il arrive que nous soyons dans l’urgence et une serviette ou un tampon sont alors plus pratiques. Tertio, la cup est contre-indiquée suite à un accouchement et pendant une infection urinaire. Nous devons alors faire appel à d’autres protections hygiéniques.

Les serviettes et les tampons bio

Ils sont faits avec du coton naturel qui n’a pas été blanchi, un procédé qui implique généralement le recours aux substances chimiques. On a tendance à penser que ce qui est bio est bon… Mais en réalité, ce n’est pas toujours le cas.

En effet, le tampon, qu’il soit bio ou non, va absorber aussi bien le sang que les sécrétions de la paroi vaginale. C’est le principe même du tampon. En les absorbant, il ouvre la porte à nos pires cauchemars : infections à répétition, mycoses ou irritations. Alors c’est vrai que les tampons bio sont moins absorbants et plus respectueux de notre flore vaginale mais malgré tout, ils peuvent eux aussi provoquer l’effondrement de notre barrière naturelle et permettre ainsi au germe Staphylococcus aureus (que nous sommes tous susceptibles de porter) de proliférer, ce qui peut déclencher le syndrome du choc toxique (SCT).

Je ne sais pas si vous vous souvenez, dans ma précédente lettre, je vous invitais à faire le test suivant avec un tampon conventionnel : Plongez-le dans un verre d’eau pendant plusieurs heures et regardez le résultat. Le constat était le suivant : si les fibres se détachent et se mélangent à l’eau, il se passe la même chose dans notre vagin. J’ai réalisé le même test avec un tampon bio et j’avoue que j’ai eu une bonne surprise : aucune fibre ne s’est détachée !

Quant aux serviettes bio, c’est un peu le même topo que pour les serviettes conventionnelles : elles favorisent la macération du sang ainsi que la prolifération bactérienne et déséquilibrent la flore vaginale. Donc oui, les serviettes et tampons bio sont « moins pires » que leurs homologues conventionnels mais ne sont pas pour autant irréprochables.

Les + : Ils sont bio et donc dénués de toutes substances chimiques. Ils ne bouleversent pas trop nos habitudes. Il existe des modèles avec ou sans applicateur. Ils peuvent bien nous dépanner dans certaines situations.

Les – : Ils sont souvent plus chers que les tampons classiques : on débourse environ 5 euros pour une boîte de 40 tampons non bio et à peu près 4 euros pour 16 tampons bio, soit 10 euros pour 40 tampons, autrement dit le double du prix ! Qui plus est, ces tampons ne sont pas du tout écologiques ! Il faut une quantité d’eau faramineuse pour les produire et ils génèrent finalement beaucoup de déchets pour nos poubelles et surtout pour la planète !

Écolo d’accord, mais jusqu’où ?

Parmi les méthodes naturelles présentées par les amateurs de protections hygiéniques naturelles, il y en a une contre laquelle je souhaiterais vous mettre en garde. Il s’agit de l’éponge de mer naturelle. C’est clair qu’il est dur de faire plus écolo en termes de protection hygiénique. Mais cette méthode reste à l’heure actuelle peu plébiscitée par la gent féminine, car elle est un peu hasardeuse. L’éponge menstruelle ne possède pas de filet de sécurité et pour la retirer, il faut – vous me pardonnerez le jeu de mots – aller à la pêche. On a connu plus pratique…

Je vous glisse un mode d’emploi assez détaillé que j’ai trouvé sur ce site pour illustrer mes propos : https://www.ma-feminite-nature.fr/content/11-usage-eponges-de-mer. Mais ce n’est pas ce qui me dérange le plus : de la même manière que les tampons, l’éponge de mer absorbe les menstruations et les sécrétions vaginales et participe ainsi à la prolifération des bactéries et donc au syndrome du choc toxique.

Nous avons très peu de recul sur cette méthode de protection hygiénique, du coup, j’appelle à la vigilance pour toutes celles qui souhaiteraient s’y essayer. La seule étude dont j’ai connaissance à l’heure actuelle indique que l’usage de l’éponge menstruelle expose davantage au risque du syndrome du choc toxique [1] que les tampons classiques. Notez au passage que l’éponge menstruelle est contre-indiquée en cas de port de stérilet.

Les serviettes hygiéniques lavables

Parlons finalement des serviettes hygiéniques lavables. Elles sont généralement faites à partir de matières naturelles absorbantes et « respirantes », ce qui permet d’éviter l’humidité, la macération et son flot de désagréments. Elles sont confortables et leur mode de fonctionnement est plutôt sympa : elles sont équipées de boutons-pressions et se « clippent » sous la culotte comme un body. Elles se lavent à la main ou en machine à faible température (30°). Je préfère la cup, mais c’est encore selon moi la seule solution qui puisse lui faire de l’ombre.

Les + : La plupart sont en coton bio. Il existe tout un tas de serviettes au design plutôt sympa avec des tailles, des épaisseurs et des formes différentes. Parmi les marques les plus connues, Plim, Party In My Pants ou encore Lunapads.

J’ai d’ailleurs pu essayer celles d’une enseigne sympa que m’avait conseillée Julien Kaibeck et que j’utilise parfois en complément de la cup : Les Tendances d’Emma. Elle propose des serviettes à base de bambou certifiées Oeko-tex (un système international de contrôle et de certification sur les substances nocives dans les textiles), dont la fabrication est moins gourmande en eau que celle du coton bio et donc plus écolo ! Autre avantage de la marque : les serviettes sont moins chères que les serviettes lavables standards (10 euros contre 17 euros en moyenne pour une grande marque). Si ça vous intéresse, n’hésitez pas à aller jeter un œil en cliquant ici.

En bref, vous avez l’embarras du choix. Ces serviettes offrent un bon compromis entre écologie – puisqu’elles sont réutilisables – et praticité.

Seule ombre au tableau, si la serviette doit être changée pendant la journée, il va falloir se la trimballer dans le sac. Je vous conseille donc de prévoir une pochette hermétique prévue à cet effet (on a connu plus glamour, je vous l’accorde). Autre bémol : il faut prévoir assez de serviettes de rechange pour ne pas avoir besoin de faire la lessive tous les jours, sinon ce n’est plus très écologique…

Dernière possibilité : Vous pouvez les fabriquer vous-même. Il existe même des tutos sur le net ! Je vous en ai déniché un sympa à découvrir ici.

Amicalement,

Manon Lambesc


Partagez cet article autour de vous !


Notez cet article grâce aux étoiles ci-dessous !

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...


Sur le même thème, vous aimerez sans-doute ...


Anti-âge : comment choisir et utiliser son eau de rose Aujourd’hui, je voudrais vous parler de l’ eau de rose, cet hydrolat tonique anti-âge particulièrement intéressant en cosmétique. Il resserre légèreme...
L’ennemi caché qui provoque des taches cutanées sur votre visage Vous avez des rougeurs prononcées sur votre visage depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois, dont vous ne comprenez pas l’origine : Vous ê...
Peau lisse : 5 solutions infaillibles pour resserrer vos pores Avec le temps, les pores de votre visage sont davantage visibles. Vous avez parfois des points noirs ou des boutons. Pour masquer ces imperfections...
Le secret (hors du commun) pour boire la « bonne eau »   Vous ne pourriez pas vivre plus de trois jours sans elle. Votre organisme en est constitué à 70 %. De même que 99 % de vos cellules. C’es...

14
Poster un Commentaire

avatar
12 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
13 Comment authors
LineAnneBeauté au naturelBeatrice DOMINIQUEPrune Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
guetault
Invité
guetault

Bonjour,
je viens de lire votre article sur les règles… vous parlez de la « cup » et d’un article dessus,
Je viens de parcourir toutes les entêtes de vos articles, mais je ne l’ai pas reçu.
Pourriez vous avoir l’amabilité de me l’envoyer, svp
Bonne journée

Beauté au naturel
Invité
Beauté au naturel

Bonjour,

Voici le lien pour l’article en question La cup : la révolution pour les menstruations

Bonne après-midi à vous,

Beauté au naturel

forgi
Invité
forgi

bonjour,
il me semble plus logique que, lors d’une infection urinaire, la cup est plus appropriée que la serviette ou le tampon classiques, vu que ces derniers favorisent infections et mycoses ?

bertrand
Invité
bertrand

Petite question au sujet des serviettes lavables à 30° : cela ne me semble pas suffisant comme température pour éliminer les germes tel que Staphylococcus aureus ?
Merci pour vos précisions
Cdt

Nath
Invité
Nath

NON, L’EPONGE DE MER N’EST PAS ECOLOGIQUE. Dès lors que l’on prélève dans la nature des éléments qui sont transformés en déchet, cela n’a rien d’écologique !. C’est comme la fausse idée de penser que le bois est une énergie écologique sous prétexte qu’il est renouvelable, contrairement aux énergies fossiles. Sauf que le bois brûle plus vite qu’il ne pousse et l’on commence à mesurer les conséquences désastreuses de cette idée saugrenue qui se fait TOUJOURS AU DETRIMENT des équilibres de la nature. Avant d’imaginer des solutions toujours plus dévastatrices, l’humain ferait bien de s’interroger sur sa propre nuisance, plutôt… Read more »

SIFFERLIN
Invité
SIFFERLIN

QUEL EST LE LIEN POUR LE TUTU A FABRIQUER LES SERVIETTE HYGIENIQUE SOI MêME
MERCI

EX de CUPS

Beauté au naturel
Invité
Beauté au naturel

Bonjour,

Voici le lien pour fabriquer des serviettes hygiéniques soi-même: Cliquez ici

Bonne fin d’après-midi,

Beauté au naturel

Florence
Invité
Florence

Bonjour, Merci pour cet article sur les différents mode de protections hygiénique. Depuis l’apparition de la cup de plus en plus de personnes parlent des alternatives mais il y a une solution qui est systématiquement oubliée voire volontairement mise de côté alors qu’au fond je pense que cela pourrait être ou avoir été LA solution pendant des siècles. finalement les protections hygiéniques devrait être l’accessoire en plus et non la solution par défaut (mais il ne s’agit là que de mon avis). Vous pouvez chercher « flux instinctif libre » si vous ne voyez pas à ce dont je me réfère. Je… Read more »

Sinjun
Invité
Sinjun

Bonjour,
J’ai utilisé la cup durant quelques mois, mais j’avais également un diu en cuivre. Résultat j’ai eu une vaginose. Depuis j’ai fait enlever le diu et n’utilise plus la cup. Je ne sais pas lequel était à l’origine de la vaginose mais j’ai la crainte de réutiliser la cup.

Nita
Invité
Nita

J’ai acheté des serviettes mais pas dans le magasin. Elle absorbe bien ce que j’aime il y a des NEGATIVE ION CORE.
NEGATIVE ION CORE, ça vous dire quelque chose?
Merci en avance de votre réponse.

Prune
Invité
Prune

Plus pratiques que les serviettes lavables : imaginez le même principe mais en culotte/slips, donc confortables. Chercher sur internet, le site de THINX

Beatrice DOMINIQUE
Invité
Beatrice DOMINIQUE

J’ai 56ans et durant toutes mes années de menstruations j’ai utilisé l’éponge de mer végétale en lui mettant moi-même une ficelle, j’avais également un stérilet et tout s’est toujours bien passé….
Béatrice

Anne
Invité
Anne

J’ai entendu parler d’une méthode africaine qui consiste à utiliser une fleur de magnolia dans le même esprit qu’une Cup.
Qu’en est-il ? Avez-vous des informations complémentaires à ce sujet ?

Line
Invité
Line

Très chouette article, en total accord avec vous!! un peu déçue cependant que vous n’ayez pas mentionnée la marque Dans Ma Culotte… Mais très bon article !! merci ! 🙂